//
Archives

JAH WAH

Cette catégorie contient 6 articles

Jah Wah : Syndr0hm

Jah Wah nous emporte encore une fois dans un rythme puissant, acide, violent, ponctué de dialogues de Las Vegas Parano dont celui de Maître Gonzo (Benicio Del Toro) lorsque devant le désarroi psychédélique de Raoul Duke (Johnny Depp) celui-ci lui dit : « T’en as trop pris mon vieux, t’en as trop pris, trop pris!« 

Un trip vertigineux, tout aussi sombre que drôle, mêlant aux fameuses morsures de TB303 une atmosphère eightie’s qui nous donne cette singulière impression de « mange-cerveau »!

Jah Wah : PsyKoMatiK

Acide, pathétique, à l’ancienne : PsyKoMatiK by Jah Wah! Pour les connaisseurs, vous reconnaitrez quelques dialogues tirés de Pi par Darren Aronsfsky!

Jah Wah: Pilon Damage

Qui ne connait pas Las Vegas Parano de Terry Gilliam? La stupéfiante réplique de l’obscur L. Ron Bumquist (Michael Jeter doublé par la voix française cultissime de Roger Carel) : « Je ne suis pas bien sûr de pouvoir répondre… mais ce que je peux vous dire, monsieur, c’est qu’à l’âge canonique de Margaret Mead, si elle fume de l’herbe, elle a des chances de se payer un drôle de trip!« .

C’est avec humour que Jah Wah retourne aux sources de ses premières productions… souvenez-vous de la période Analog Organs Massacre et de ses grondements caractéristiques de MS20 et de TB303…

Jah Wah – L.S.D. : Acid Suit

Jah Wah, 2009

[AERJW010.09]

LSD : Acid Suit est un opus conceptuel fondé sur l’interaction de certaines ondes sonores avec les ondes cérébrales, plus connue sous le nom de « bineural waves ».

Dans certaines conditions, notamment lorsque l’auditeur est privé des autres sens que celui de l’ouïe, l’écoute de l’album peut induire des états de conscience modifée, proches de l’hypnose, de l’onirisme ou de l’extase…

Korg MS20 – SQ1O – MS2000
Bineural Synthetizer / Brainwave Generator / I-Doser
Reason 4 / softwares..

Jah Wah – Tehlia’s EP

Jah Wah, 2007

[AERJW003.07]

Sombre, underground, nocturne mais psychédélique…

Cet opus transporte vers un monde souterrain aussi bien éclairé par des néons UV que par de simples faisceaux de lumière-fossile…

Jah Wah nous invite ici dans le monde de Tehlia, une muse imaginaire vivant dans une réalité subliminale, à peine perceptible.. et inspirant ceux qui se plaisent à errer dans l’obscure clarté, du plus profond des forêts d’émeraudes jusqu’aux macabres sous-sol urbains.

Jah Wah – Analog Organs Massacre EP

Jah Wah, 2006

[AERJW002.06]

Premier EP de Jah Wah, aux textures hardteck, plutôt acid.

MS20 saturés, hardcore minimal avec une touche « noise ». Cet opus est une expérience acide, organique, presque comme si le son brûlait les neurones.

Attention: L’écoute prolongée de l’EP peut induire des états d’anxiété.

ARTISTES / GROUPES